Pour devenir incollable sur les sapins !

Tous les ans, à l’approche des fêtes de fin d’année, revient la question du sapin. Est-ce qu’on en prend un ? Oui, mais lequel?

Il y a aussi les questions qu’on se pose moins. D’où il vient mon sapin? Comment a-t’il été produit? Est-ce que je ne ferais mieux pas de prendre un sapin artificiel?

A La Pousse Verte, on a eu envie de creuser ces questions et de vous partager des histoires de sapin.

Les espèces

Il y a celles que tout le monde connait :

  • Le Nordmann, sapin régulier et résistant, qui ne perd pas ses épines.
  • L’Epicea, le sapin traditionnel qui sent bon mais qui perd ses épines.

Et il y a celles qu’on connait moins, par exemple :

  • Le Grandis, un sapin résistant avec des épines douces qui dégagent une délicieuse odeur citronnée quand on les frotte.
  • Le Nobilis, un sapin élégant avec ses épines d’une couleur bleutée, mais très piquantes.

Les questions environnementales

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, les sapins que l’on achète pour les fêtes n’ont pas été prélevés dans des forêts. Ils sont cultivés dans des exploitations dédiées, où des sapins sont régulièrement replantés. Environ 6000 hectares en France sont cultivés pour cette activité. 

Les sapins se développent en moyenne 7 à 10 ans avant d’être commercialisés.

 La culture de sapins présente plusieurs avantages écologiques :

  • Durant leurs années de croissance, les sapins absorbent du CO2 et rejettent de l’oxygène.
  • Ils offrent un refuge à de petits animaux sauvages
  • Ils réduisent le risque d’inondation grâce à leur racines profondes

Les méthodes de culture de sapins varient d’une exploitation à une autre. Comme pour de nombreuses cultures agricoles, les produits chimiques sont régulièrement utilisés : herbicides, pesticides, engrais… Certains établissements font en revanche le choix de limiter l’usage de ces produits, voire de s’en passer, et utiliser des méthodes naturelles. On trouve par exemple des exploitations qui font appel à des moutons pour désherber ou des chevaux pour transporter les sapins.

Leur origine a elle aussi un impact important sur leur bilan environnemental : parmi les sapins vendus en France, un tiers des sapins est importé depuis d’autres pays européens, et les deux tiers produits en France, dans de multiple régions. L’origine du sapin aura un impact sur le bilan carbone lié au transport du sapin.

Et le sapin artificiel?

On pourrait se dire que comme on le garde plusieurs années, il est plus écologique que le sapin naturel…mais en fait, non.

Cela tient tout d’abord à sa composition, les sapins artificiels étant faits de matériaux non renouvelables comme le plastique, à partir de pétrole. D’autre part, ce ne sont pas des matériaux biodégradables, ce qui pose des problèmes de gaz toxiques lors de leur incinération en fin de vie. Et pour compléter, son transport est également problématique car ils sont souvent produits très loin de chez nous.

Pour réduire l’impact environnemental d’un sapin artificiel, il faudrait le garder au moins 20 ans. En pratique, c’est rarement le cas.

Et le sapin en pot?

On trouve parfois des sapins proposés en pots. L’avantage de ces sapins est de pouvoir les réutiliser d’une année à l’autre et ne pas devoir reprendre un nouveau sapin chaque année.

C’est une super idée, qui reste un peu délicate en pratique.

En effet, pour pouvoir rester en forme, le sapin ne doit pas rester trop longtemps à l’intérieur. On peut le garder 10 jours à l’intérieur, à condition de brumiser ses branches tous les jours, de ne pas le placer à proximité d’une source de chaleur, et de l’arroser, mais pas trop.

Une fois les fêtes passées, il faut vérifier si le sapin est prêt à être installé dehors. La chute des épines du sapin sera un indicateur de sa santé. S’il ne perd pas ses épines, c’est bon signe! Sinon, vous pourrez toujours le composter.

Il faut ensuite le remettre dehors progressivement pour éviter le choc thermique. Idéalement, on peut le laisser quelques jours sur un pallier non chauffé ou une véranda pour faire une transition.

Ensuite, il peut être installé sur une terrasse ou de préférence dans un jardin. Il aimera une exposition ombragée. Si vous le replantez en plein terre, prévoyez de la place car il va grandir ! S’il reste en pot sa croissance sera plus lente mais prévoyez tout de même suffisamment de place.

Un sapin éco-responsable à Lyon cette année?

La Pousse Verte organise une vente de sapins locaux et cultivés sans produits chimiques, dans une approche respectueuse de l’environnement.

Vous trouverez plus d’informations sur notre page dédiée.